5F1DB4E2-A67F-4021-AFF5-E10DB9332317.JPG

Shakti Yoga

découvrir le yoga et en faire son chemin

On s'allonge simplement et on respire, on bouge aussi , parfois très lentement.

On découvre à la fin d'un cours très simple qu'on n'est plus tout à fait pareil après qu'avant.

On découvre que cette sensation est un chemin de découverte de soi même, ni narcissique, ni égo centré.
En arrivant au centre intime et profond de soi-même, on s'ouvre d'avantage. Etre centré ça veut dire aussi s'ouvrir.

On découvre une relation plus authentique, plus souple, plus fluide, plus spontanée, avec le monde, avec autrui, avec soi-même

et avec des champs de connaissance fabuleux.

(...)

Colette Poggi (extrait interview France Culture)

Souffle et déploiement

En ouvrant ma poitrine, j'ouvre mon souffle. Je deviens alors aussi réceptive que possible. Je permets à l'air extérieur d'entrer à l'intérieur, je change mes perspectives, je m'ouvre à l'énergie et à l'espace aux alentours.

J'ouvre mon être en devenant aussi réceptive que possible. La respiration, le souffle est mon ami et mon allié d'un bout à l'autre de la vie. Il ne me quitte jamais et me connaît mieux que quiconque car il coule dans toutes mes cellules.

Avec ma pratique, je trouve depuis l'intérieur l'énergie qui va pouvoir ouvrir ce qui est verrouillé, et l'aider à se déployer. J'ai besoin de me déployer pour retrouver ma puissance. Et c'est lorsque je me sens connectée à mon souffle, à mon corps, à mon ventre, que je peux la retrouver. 

Angela Farmer (extrait de The Feminine Unfolding)

aux sources du yoga

Le yoga est entendu comme un chemin de libération, un chemin dans lequel l'être humain prend conscience de ce qui le conditionne, de ce qui le rend malheureux.

Le yoga est d'abord un philosophie. C'est la source puis il  existe un chemin pratique pour arriver à la libération de la souffrance, Les postures, les rythmes respiratoires, les techniques de méditation, viennent après, elles seront écrites vers les 3e et 4e siècle de notre ère.

il y avait des exercices spirituels du temps des Upanishads, Mais ce n'était pas aussi varié que ça l'est devenu. La posture assise était une position reine pour méditer longtemps et atteindre des états supérieurs de conscience.

La philosophie du yoga trouve sa synthèse dans les aphorismes du yoga qui sont aujourd'hui connus sous le nom de sutras de Patanjali (dont l'existence est à peu près certaine au premier siècle de notre ère).

Il s'agit d'un canevas philosophique.


Puis, au début du deuxième millénaire (1000 ou 1300 après le début de notre ère) on a des groupes de yogis qui rendent semi publiques des pratiques qu'ils avaient dans leur cercle (les yogi Na-Tha). leurs pratiques tantriques ont donné à des recueils écrits.

(...)

Ysé Tardan Masquelier (extrait interview France Culture)

ABHYASA & VAIRIAGYA

L'une des seules choses qui peut guider la personne pratiquant le yoga, c'est la régularité dans la pratique (abhyasa). C'est difficile, car tant d'autres choses dans une vie peuvent sembler prioritaires, en dehors de la pratique du yoga. Par exemple, rester éveillée tard le soir, et avoir des distractions de toutes sortes, qui vous attirent loin de ce que vous savez pourtant pouvoir faire pour aller mieux.

On peut ressentir une tension très forte, entre le fait de savoir ce qui nous ferait vraiment du bien et tout de même succomber à toutes ces tentations.

Lorsque l'élément Vata est en excès dans le corps et son équilibre, il nous transforme en une balle de ping-pong qui essaye de mener plusieurs choses en même temps sans en terminer aucune, la régularité et la concentration semblent hors d'atteinte.

En cherchant refuge dans le non attachement (vairagya), on peut trouver du bien-être et peu à peu un accès à un Soi plus apaisé et plus stable.

Si on est guidé seulement par le fruit de ses actions, seulement par le désir ou l'aversion, alors on finit par se sentir misérable. L'abandon du but de la pratique (se sentir plus souple, ou "réussir" une posture...) est nécessaire pour qu'on puisse trouver la détente et la joie dans la régularité quotidienne, la Sadhana.

 

Pour observer tout cela, notre pratique de yoga a besoin à un moment de devenir une pratique personnelle, afin que l'on puisse avoir des expériences plus profondes quant au souffle, au corps, à l'esprit.